HISTOIRE DES GLOBES TERRESTRES

HISTOIRE DES GLOBES TERRESTRES

Les globes terrestres sont aujourd’hui des objets de la vie courante qu’on retrouve chez tout un chacun en tant qu’objet éducatif ou même objet de décoration. Il en existe de toutes les couleurs et de toutes les formes pour tous les goûts mais aussi pour tous les âges. Mais avant d’être ces objets populaires les globes sont avant tout des objets de science qui ont permis de cartographier les résultats des explorations maritimes des Grandes Découvertes. Au delà de leur aspect purement scientifique et fonctionnel, les globes terrestres sont également devenus des objets d’arts qui ont donnés naissance à de splendides œuvres que nous auront le temps d’analyser au cours de cet article. Sans plus attendre, découvrons donc comment ces petits bijoux mêlant science et art sont arrivés dans nos mains et nos maisons.

Découverte de la nature sphérique de la Terre

Cela fait maintenant plus de 2000 ans que nous savons que la Terre est ronde et ce sont les grecs qui furent les premiers à le découvrir. Bien que certain émirent des hypothèses comme Pythagore ou Platon c’est Aristote qui le prouva le premier de manière scientifique en se servant de l’ombre de la Terre sur la Lune lors d’une éclipse pour affirmer ses dires. Nous en sommes aujourd’hui certain car des textes comme celui de Pline l’Ancien explique clairement que : Ce n'est pas, il est vrai, une sphère parfaite; il y a trop de montagnes élevées et de plaines étendues; mais si l'on fait passer une courbe par les extrémités des lignes, on décrira de cette façon une surface sphérique régulière.”

globe-terrestre-ancien-sur-pied

Le premier globe terrestre de l’histoire

Une fois la forme sphérique de la Terre établie il fallut attendre un peu plus d’une centaine d’années avant de voir le premier globe terrestre apparaître. Celui ci se nomme le globe de Cratès en hommage à son constructeur Cratès de Mallos, un philosophe grec, et fut réalisé entre 180 et 150 ans avant JC à Pergame en Asie mineure.

globe-de-crates

Le dessin que vous voyez juste au dessus est bien sûr une illustration, le vrai globe ne nous est malheureusement pas parvenu, mais il représente bien la manière dont Cratès se faisait alors une idée du monde et comment il l’avait donc dessiné sur son globe. Celle ci était basée sur la théorie de la répartition des zones climatiques de notre globe imaginée premièrement par Parménide qui affirmait qu’il se trouvait sur chaque pôle une zone polaire inhabitable et à l'équateur une zone torride composée d’eau séparant ainsi les deux zones tempérées (cf schéma en dessous).

theorie-des-cinq-zones-climatiques

Mais cette théorie posait des problèmes lorsqu’on la mettait en relation avec l’écoumène (espace habitable de la surface terrestre) connu et les travaux d’Ératosthène sur la circonférence de la Terre. L’écoumène n’occupait en réalité qu’un quart de la surface de la Terre, ce qui n’était pas concevable pour Cratès qui, en bon mathématicien, ne pouvait admettre pas que la Terre puisse être à ce point aussi asymétrique. C’est pourquoi il prit l’initiative d’y inscrire les trois autres continents et de ce fait il théorisa par la même occasion pour la première fois l’existence du continent américain et australien.

Invention de la latitude et de la longitude

Bien après l’apparition du premier globe terrestre de Cratès, Claude Ptolémée inventa au IIème siècle quelque chose que nous connaissons bien aujourd’hui et qui révolutionna la manière de se positionner sur un planisphère et sur un globe. Cette chose n’est autre que la latitude et la longitude. Bien que cette information n’impact pas réellement le développement les globes terrestres elle sera en revanche capital pour ce qui est du déplacement maritime de la période des Grandes Découvertes que nous aborderons juste ensuite.

Les Grandes Découvertes : naissance d’un fort intérêt pour les globes terrestre

Si nous faisons un tel saut dans le temps c’est parce que malheureusement à la suite de la chute de l’empire grec et romain au IVème siècle la connaissance sur la forme ronde de la Terre manqua d’être enseignée aux générations futures. Ainsi pendant des siècles un manque de culture pesa pendant longtemps à ce sujet sur les cultures occidentales et des théories non scientifiques émergèrent. Il fallut donc attendre l’arrivée de la période des Grandes Découvertes pour voir apparaître un regain d’intérêt pour les globes terrestres.

Le plus vieux qui nous soit parvenu date de 1492 et il s’agit d’un globe appelé Erdapfel. Fabriqué par Martin Behaim, un géographe et navigateur, il s’agit d’une des dernières représentations de la planète sans l’Amérique ni l’Australie. En 1507 Martin Waldseemüller inventera le mot America et le fera figurer sur un globe nommé Globe Vert qui sera donc le premier à contenir ce continent. S’ensuit ensuite en 1510 la fabrication du Globus Jagellonicus qui sera donc le deuxième avec la mention de l’Amérique dessus.

erdapfel

Tous ces globes sont donc pour nous aujourd’hui des pièces historiques qui témoignent d’un intérêt pour ces objets de science et de géographie. Mais à l’époque ils étaient surtout utilisés en mer et sur Terre pour analyser les différents espaces connus voire même se repérer par rapport aux restes des terres. Mais plus que des outils purement fonctionnels, les globes terrestres devinrent des vrais objets d’arts mêlant plusieurs disciplines comme la peinture et la gravure.

Développement d’un prestige pour les globes

Au début du XVIIème siècle Amsterdam s’imposa comme la capitale européenne des globes terrestres avec de grands maîtres comme Jodocus Hondius qui contribua à donner à Amsterdam cette grandeur ou bien Willem Blaeu réputé pour ses globes de 68 centimètres de diamètre. Suite en quoi Amsterdam donna cette appétence pour les globes aux pays voisins comme l’Angleterre ou l’Allemagne et cet attrait soudain alla même jusqu’à piquer l’Italie. Tous possédèrent alors de grands noms auteurs de globes magnifiques. On peut par exemple citer les globes de cinq dimensions de Joseph Moxon (Angleterre) ou encore ceux de Georg Christoph Eimmart (Allemagne). Mais cependant, c’est l’Italie qui détiendra le plus grand fabricant de globes du siècle avec Vincenzo Coronelli, un moine auteur des Globes de Marly, également appelés Globes de Coronelli, grands d’environ quatre mètres de diamètre chacun et qui ont été offert à Louis XIV en personne.

globes-de-coronelli

Au XVIIIème le marché des globes commença à se diversifier avec notamment les globes de poche qui se développèrent dans une branche à part mais qui gagnèrent rapidement les faveurs du public. Un globe muet (sans inscriptions) verra également le jour sous l’impulsion de Franz Ludwig Güssefeld afin d’en faire un objet éducatif pour les plus jeunes. La France commença aussi alors à se faire une petite réputation dans le monde des globes d’art notamment grâce à Guillaume Delisle et Didier Robert de Vaugondy.

Des globes démesurés

Une fois le XIXème siècle passé les nouveaux matériaux et nouvelles connaissances scientifiques vont alors permettrent l’élaboration de globes dantesques. Parmis ces géants construits on peut citer le monstrueux globe de Wyld de douze mètres de diamètre exposé comme attraction à l’exposition universelle de Londres en 1851. Mais aussi le grand globe de Swanage de trois mètres de diamètre construit et taillé intégralement dans de la pierre de Portland en 1887 mais encore le globe céleste de quarante cinq mètres de diamètre construit pour l’exposition universelle de Paris en 1900, qui aura malheureusement été détruit par la suite. Finalement parmis les géants des globes on ne peut pas omettre l’Unisphere de New York construit en 1964 et ses trente sept mètres de diamètre.

unisphere

Les globes d’aujourd’hui

Après être passés par le stade d’objet scientifique, objet d’art et objet d’exposition les globes terrestres sont aujourd’hui totalement démocratisés dans nos maisons sous des couleurs et des formes plus atypiques les unes que les autres. Ils servent beaucoup d’un point de vue pédagogique pour apprendre en s’amusant, parfois sous la forme de globe muet mais encore sous forme de globe à fabriquer. Cela permet de donner le goût pour la géographie aux plus jeunes et de leur faire apprendre les bases rapidement et de manière concrète. Mais ils sont également de fiers alliés d’un point de vue décoratif. Ils permettent de donner une ambiance personnalisés à une pièce de vie qu’il s’agisse d’un globe au style classique, ancien ou même des nouveaux qui ont émergés récemment les globes terrestres en lévitation.